Bijou Ndiaye « Mes frères m’obligeaient à regarder les matches.»

Elle est l’une des animatrices les plus célèbres du petit écran. Khady Ndiaye «Bijou » qui fait le bonheur des téléspectateurs de la Télé futurs médias  est la 1ère invitée de notre rubrique « Le foot et Moi».  Contrairement à beaucoup de femmes, Bijou aime suivre l’actualité du ballon rond même si quand elle était enfant, c’est contrainte et forcée  par ses frères qu’elle suivait les matches.

 

Ton rapport avec le football ?

Le foot, j’ai grandi avec puisque j’ai deux frères et un oncle qui m’obligeaient à regarder les matches quand j’étais enfant.  Il y’avait une seule télévision à la maison et je regardais les matches avec eux. J’ai commencé à aimer le foot malgré moi. C’est ainsi que j’ai retenu les noms de beaucoup d’anciens footballeurs.

 

Ton souvenir le plus marquant dans le foot ?

C’est la défaite du Sénégal en 2002 contre la Turquie en quart de finale. Il y’avait une telle euphorie à l’époque. Comme tous les sénégalais, je supportais les lions à fond et notamment Habib Beye dont j’étais hyper fan (rires). Après la défaite, je suis restée près de deux heures sans bouger ni parler. Je n’arrivais pas à réaliser qu’on était éliminé alors que c’était juste notre première participation à une coupe du monde. Je ne m’imaginais pas que cette compétition allait avoir autant d’ampleur.

 

Habib Beye est ton footballeur préféré ?

Oui, il était à l’époque mon footballeur préféré. Ensuite il y’a eu Cristiano Ronaldo.  Le portugais est désormais mon joueur préféré et je supporte tous les clubs où il joue. S’il bouge, je bouge (Eclats de rires).  J’ai même la chance d’avoir un de ses maillots dédicacés.

 

Connais-tu des footballeurs sénégalais de l’actuelle génération ?

Oui bien sûr. Je suis très proche de Cheikhou Kouyate, le capitaine des lions qui est le mari d’une de mes meilleures amies.  C’est un homme avec un très bon caractère. Il est aussi excellent sur le terrain.

 

Est-ce que tu continues de regarder le football ?

Oui il m’arrive parfois de regarder les matches avec mon mari, mes frères et des amis. Une fois que vous êtes pris par le virus, il ne vous lâche plus.  Le foot et bijou, c’est une histoire d’amour avec des hauts, des bas, des déceptions mais définitivement une histoire d’amour.

 

Ton actualité, c’est aussi ton investissement dans le social avec une attention particulière pour les enfants…

Effectivement chaque année je fais une collecte de matériel à distribuer aux enfants. Cette année, on a multiplié par dix la somme récoltée comparée à la 1ère fois. Idem pour les dons que je ne savais même plus où stocker.  Nous avons pu distribuer tout l’argent et le matériel reçus à 5 pouponnières aux Parcelles Assainies, Mbour, Kaolack, Diourbel et Touba.  C’est gratifiant de savoir que grâce à cette collecte, des enfants vont manger, boire, se vêtir et se soigner ne serait-ce que pour quelques jours. Je lance un appel aux âmes généreuses afin qu’elles se rendent dans les pouponnières.  Nous réceptionnons les dons toute l’année car les enfants en ont continuellement besoin.

Tu ne comptes pas t’arrêter en si bon chemin…

Non du tout. L’année prochaine, je veux organiser une soirée de Gala avec une élection de Miss Sénégal qui aura comme mission de perpétuer le travail de collecte. Je me dis que dans 10 voire 20 ans, j’aimerai créer un institut pour accueillir les enfants orphelins ou démunis. On peut rêver grand.

 

 

Mamadou Ndiaye

Leave a Reply

Your email address will not be published.